L'ingrédient manquant

En cuisine, quand on se lance dans une recette, il manque souvent un ingrédient. Ou même plusieurs. Déjà, en France, c'est souvent le cas, mais depuis que j'ai déménagé en Chine, puis à Budapest, c'est quotidien. Et pas question de se laisser abattre !

04 août 2011

Une histoire plausible de la cuisine hongroise - des gâteaux en pagaille

Il était une fois un peuple qui vivait paisiblement dans les plaines, élevait des chevaux et dansait en rond avec des jupes à volants. A cette époque, le royaume voisin était en proie à des luttes intestines et les différentes ethnies qui le composaient se déchiraient régulièrement. L'ethnie des carottes attaquait le groupe des poireaux, tandis que les tomates haissaient les aubergines. Certaines ethnies comme les choux romanesco, les crosnes et les chayottes furent presque entièrement exterminés à cette époque. Mais un jour, après ces siècles de lutte, le royaume finit par s'unifier et devint l'Empire des légumes. Forts de cette union et de leur contenu vitaminique, les légumes devinrent béliqueux et décidèrent d'envahir leurs voisins. La Hongrie, qui était frontalière, fut la première victime de cette attaque. Les légumes défèrlèrent sur le pays, sanguinaires, violents, aromatisant tout sur leur passage. Mais près de là, en Turquie, une communauté de poivrons vivait recluse et voyant cette injuste attaque des légumes sur la Hongrie, décida de venir en aide à ce petit pays.
Les légumes furent repoussés, victoire à la Pyrrhus arrosant la terre d'épluchures et de potages vitaminés. Plus tard, domptés par certains cuisiners, il devinrent parfaitement inoffensifs et furent vendus sur les marchés, et même sous plastique en supermarché et surgelés au rayon frais. Cependant, depuis cette époque, les Hongrois n'ont de cesse de se venger. Tradition familiale et nationale, chaque Hongrois naît pour faire payer aux légumes le massacre dont leurs ancêtres ont été victimes. Les Hongrois les plus tendres, notamment les jeunes, se contentent d'ignorer parfaitement l'existence des légumes. Mais les Hongrois les plus cruels vont jusqu'à se livrer à des maltraitances graves, défigurant inlassablement ces pauvres denrées. Les fruits ne s'en sortent pas beaucoup mieux, mais sont épargnés par les tortures les plus classiques, et notamment la panure et la friture.

En revanche, le poivron est célébré chaque jour en qualité de sauveur de la patrie.

Voilà ce que m'a inspiré mon repas de midi, lorsque je me suis rendue compte que pour la première fois depuis 3 semaines, les rares légumes servis n'étaient ni frits, ni panés. Et que j'ai poussé un soupir de soulagement (je ne vous cache pas qu'ils étaient dégueu quand même). Cependant, cet article, aussi cynique qu'il puisse paraitre, n'est en réalité pas qu'une attaque en règle du déséquilibre de la cuisine hongroise, mais aussi une ode aux gâteaux, qui malgré leur contenance toujours indécente et souvent inutile en crème de qualité médiocre, sont néanmoins une des beautés de ce pays. Florilège.

 

vacs1

Dobos desszert ("le tambour"),
Crème de cacao, moelleux au chocolat, langues de chat


gâteau

Le gâteau quadruple couches de chez Kis Mandula, Debrecen

 

gyümölcs torta

Gyümölcs tórta ("gâteau aux fruits"), Kis Mandula, Debrecen

 

gyümt

Gyümölcs tórta ("gâteau aux fruits"), Kis Mandula, Debrecen


bannerfans_1310958

Mignon à la crème de marron, Desszert Szalon, Vac


retes

Retes au pavot, Vigado Etterem, Debrecen

 

pavot-réglisse_Vac

Ördöglovas("le cavalier démonique"), Desszert Szalon, Vác
Pain d'épice, mousse de pavot, Crème anglaise à l'anis, graines de courge, mousse au chocolat noir

 


DESSZERT SZALON
2600 Vác, Köztársaság út 21. (Fő tér)

KIS MANDULA
4024 Debrecen, Liszt Ferenc utca 10.

VIGADÓ ÉTTEREM
4032 Debrecen, Nagyerdei park 1.

(et merci à Bénédicte de m'avoir emmenée à Vác manger des pâtisseries, à Roi de m'avoir fait découvrir Kis Mandula, et à Doron d'avoir commandé tout ce qe je voulais prendre en photos sur la carte)

Posté par MaRong à 18:25 - Chroniques gourmandes - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

    Je m'inquiète pour toi? Tout va bien?

    Posté par Michael, 04 août 2011 à 19:12
  • Juste une carence en vitamines, merci de te faire du soucis

    Posté par MaRong, 04 août 2011 à 19:53
  • J'ai faiiiiiiiiiim ! Merci pour ces photos. Bisous

    Posté par Mumu, 05 août 2011 à 00:03

Poster un commentaire