L'ingrédient manquant

En cuisine, quand on se lance dans une recette, il manque souvent un ingrédient. Ou même plusieurs. Déjà, en France, c'est souvent le cas, mais depuis que j'ai déménagé en Chine, puis à Budapest, c'est quotidien. Et pas question de se laisser abattre !

20 mai 2011

Should I stay or should I go ? Petits aspics de légumes de printemps

aspic

Ahh... le printemps à Budapest... (soupir d'extase). La verdure partout, les petites vieilles qui vendent des fleurs aux coins des rues, les fraises qui débordent des étalages, le soleil et les orages... Une jolie trame de fond pour accompagner la multitude de questionnements, de changements et d'états d'âme qui naissent en cette fin d'année scolaire.

Sachez d'abord que je n'écris pas beaucoup mais que je mange bien. Il y a eu la visite d'une chouette* fille de Ljubjiana avec qui j'ai mangé des bagels au saumon, des mueslis aux fraises fraîches, du figatelli, et qui m'a fait découvrir l'huile de graines de courge (ma nouvelle lubie depuis). Il y a eu dix jours de voyage en France avec mes élèves, les sandwiches au saucisson, les makroudes de la pâtisserie de Saint-Michel, les calissons. Il y a eu Pâques en famille, la poule en chocolat, les galettes bretonnes de ma maman, le poisson frais doré au four ou à la poele. Il y a eu l'anniversaire de M. où nous avons servi de cobayes (ravis) pour le menu du vin d'honneur de son mariage et où j'ai fini les crèmes d'artichaut aux magrets de canard de tous mes voisins. Il y a eu une visite à une fille très très très enceinte autour d'un tajine de canard aux pommes et de blondies aux pépites de chocolat.

Mais il faut aussi savoir qu'il y a eu un chocolat chaud infâme un jour de déprime, un thé en terrasse pour se remettre d'un entretien d'embauche annulé, des litres d'infusion de thym pour soulager le mal de gorge, et pas mal de repas improvisés avec ce qui se trouve dans les placards dans les moments où je réalise que je vais devoir bientôt déménager de mon appartement pour aller... je ne sais où.

Et avec tous ces allers-retours en France, il y a eu beaucoup de magazines de filles lus, feuilletés, froissés (parce que je m'y agrippe quand j'ai peur en avion), de tests stupides cochés par une soirée désoeuvrée (c'est ainsi que Michael a découvert qu'il était potentiellement homosexuelle...) et -car c'est là que je veux en venir- de recettes de cuisine testées.

Cette semaine, de petits aspics de légumes ont accompagné aussi bien mes bentos que mes dîners ou mes brunches. D'après Marie Claire Idées, il vous faut :

- 50 cl de bouillon de légume instantané
- 12 g de gélatine en feuilles
- 400 g de légumes vert (fèves, petits poins, haricots verts, fleurettes de brocoli...)
- un petit bouquet de cerfeuil
- 1 pincée de sel

Couvrir les feuilles de gélatine d'eau froide. Porter le bouillon à ébullition. Hors du feu, plonger les feuilles de gélatine dans le bouillon.
Cuire les légumes ensemble 5 minutes à la vapeur. Y mélanger les herbes lavées, séchées et ciselées. Répartir le mélange de légumes dans des caissettes, couvrir de bouillon gélatiné et réfrigérer plusieurs heures.

Variantes de l'Ingrédient manquant : 

- sans gélatine : j'utilise uniquement de l'agar-agar. Une fois le bouillon de légumes porté à ébullition, verser l'agar-agar dans le liquide et le faire bouillir 30 secondes minimum, plusieurs minutes si possible (4g d'agar-agar pour 1 litre d'eau environ)
- sans herbes : je n'avais pas de cerfeuil sous la main, j'ai préparé un bouillon un peu fort, et c'était très goûteux.
- sans caissettes en silicone : si vous utilisez des caissettes en papier sulfurisé, doublez les caissettes pour les rendre plus rigides. Si vous avez des caissettes à fond amovibles, vous pourrez aussi démouler les aspics (mais pas trop longtemps après les avoir réalisés)

aspics

 

Cette recette a l'avantage de pouvoir être facilement réalisée pour quelques caissettes ou une grande quantité de convives... et sans laisser de restes ;)

* après une lecture attentive de ce blog, la charmante Bénédicte m'a fait remarquer une utilisation abusive du mot "chouette" que je m'efforcerai donc de réfréner. Cependant, dans le cas d'A., ce terme s'imposait.

Posté par MaRong à 09:14 - Avec un ingrédient à utiliser absolument - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

    Bien belle balade de printemps, gourmande et esthétique.. C'est vrai que Budapest est une bien belle ville. On a publié il y a quelques jours un billet sur elle. Je retiens votre recette qui fait saliver !

    Posté par J'adore j'adhère, 22 mai 2011 à 16:39
  • Heu...tant qu'à être potentiellement homosexuel, je préfère ne pas changer de sexe et être homosexuelLE

    bisous

    Posté par Michael, 23 mai 2011 à 08:26
  • @ J'adore j'adhere : merci ! Une recette super super simple à tester d'urgence avant que ces jolis légumes ne quittent nos étals.
    @ Michael : je ne fais que citer le magazine Elle... mais je vois que tu assumes pleinement le résultat hautement scientifique de cette étude

    Posté par MaRong, 23 mai 2011 à 10:21
  • Ingrédient manquant...?

    le "masculin" ! (lol)
    - UNE tadjine ?
    - UNE mickaël homosexuelle ?
    (mais je vois que l'interêssé s'est manifesté...Bienvenu dans la communauté !...LOLagain)
    C'est assez doux de se prendre un petit coup de Budapest dans l'imagination !
    Lisant ce blog (le seul parlant de nourriture, c'est assez pour qui n'éprouve qu'un interet relatif pour la matière), je découvre comment l'on peut choisir ce prisme pour parler de la vie, de l'existence, un fil rouge-cordon bleu, pour coudre le quotidien à du tissu plus profond.
    ...Je passe.
    Minute du commentateur es diététique: l'huile de pépins de courge est un super anti-carie et parfait comme anti-cancer...De la prostate ! (chassez le masculin, il revient par où il peut, ne concevant point qu'on puisse prendre des vessies pour des lanternes !)
    Ravi de voir remplacer cette horreur qu'est la gélatine par l'agardeuxfois!
    Encore une affaire de déménagement dans l'air ?
    Mais, sera t'il encore question de Buda, l'année prochaine ?
    Je "rassure": TOUT est infâme, les jours de déprime !
    - Question: combien y avait-il de "voisins", au mariage ?
    - Question subsidiaire...As-tu vomi ?
    ...J'ai pas rien dit...

    Posté par Tom, 24 mai 2011 à 09:14
  • Après vérification, je m'incline, tajine est effectivement masculin (je l'avais toujours utilisé au féminin). Quant à l'homosexualité potentielle de Michael, je maintiens le féminin (car les formulations du test de ELLE étaient éminemment drôles appliquées à un garçon).
    Et je retiens, avec un grand sourire, que je suis le seul blog culinaire lu par le Grand Tom : j'en suis fort aise ! Si on ajoute à cela que je ne risque pas de cancer de la prostate, alors je vais arrêter de déprimer
    Encore une affaire de déménagement, mais plutôt entre Buda et Pest, et encore au conditionnel. Et la crème d’artichaut, c'est délicieux (et j'ai eu celle de mon voisin de droite, de mon voisin d'en face et de ma voisine de gauche)

    Posté par MaRong, 24 mai 2011 à 09:48
  • ; ) - J'avais bien compris...

    l'"Ellification", par test inversé non inverti du sujet...
    - cessant de déprimer, tu pourras sourire de toutes tes dents non cariées,
    - Opération mariage triple-crème, sans éCOEURement d'artichaut: parfait !
    ...J'aime assez l'image de qui s'incline devant le tadjine comme le...Djinn devant la lampe d'Aladin...
    -"Entre la Pest et le choléra: fais le bon choix"
    ...Proverbe Anchois ( en choix)

    Posté par Tom, 24 mai 2011 à 11:13

Poster un commentaire