L'ingrédient manquant

En cuisine, quand on se lance dans une recette, il manque souvent un ingrédient. Ou même plusieurs. Déjà, en France, c'est souvent le cas, mais depuis que j'ai déménagé en Chine, puis à Budapest, c'est quotidien. Et pas question de se laisser abattre !

17 février 2011

1000 façons de rater des macarons (par amour, ou pas)

bannerfans_129831

Il y a quelques temps (un an et demi, déjà), je vous annonçais en vraie fanfaronne que les macarons, c'est finger in the nose, que y a pas besoin d'avoir 30 000 accessoires pour les faire et que franchement, on en fait tout un plat alors que c'est quand même un peu à la portée d'un enfant de 6 ans. Bon, alors j'ai dit ça dans une période de félicité totale où le monde me souriait, les oiseaux chantaient et où nous marchions gaiement sur des arcs-en-ciel en chantant l'île aux enfants.

Certes, depuis, j'ai gagné en équipement, Kiki est là pour me faire de beaux blancs en neige et ma poche à douille, que j'aime tellement que je pourrais dormir avec, fait des merveilles. Mais en fait, ça n'est pas tout. Si le charme est rompu, c'est mort, et en l'occurrence, pour moi, la lune de miel avec les macarons est terminée.
Ceci me permet une transition minable pour vous présenter un petit florilège de copies de mes élèves sur le sujet "faites un déclaration d'amour à l'occasion de la saint-Valentin". Le sujet a transformé subitement les mâles de la classe, déjà peu enclins à la communication, en êtres amorphes à l'expression orale laconique, tandis que les filles sont soudainement devenues des groupies hystériques poussant de petits cris parmi lesquels on pouvait reconnaître des mots comme bijoux, fleurs, mon lapin, champagne, romantique et cœurs.
Ainsi, Tina s'écrit "Mon chéri, Quand je te vois, mon cœur battre ardentement". Agi opte pour les métaphores culinaires avec un superbe "Tu est ma mousse au chocolat. Nos cœurs sont fondu ensemble [...] Tu est mon damnation." Quant à Annamaria, elle passe aux menaces avec un sublime "Si je te perd, je piquerais un écroulement du système nerveux".
Avec un sens de la formule beaucoup plus lapidaire, Péter propose "Tu est le plus belle fille dans le monde. Je m'appelle Bond. James Bond." (malheureusement, le garçon en question n'a pas grand chose de Daniel Craig). Enfin, Attila, qui se repose visiblement un peu trop sur son prénom pour la conquête de ces dames, propose : "Tu est mon la mieu fille. Tu est mon chérie. Tu est xhufagfgf (incompréhensible)."
Bon, voilà pour le discours sur l'état de l'amour.

De mon côté, je ne suis pas amoureuse et pourtant, je rate tout ce que je cuisine. La faute à une malédiction relative à un pendentif en forme de hibou utilisé pour la magie noire et dont il faudra que je vous parle (âmes sensibles, s'abstenir).
Bref, donc j'ai raté pas mal de plats ces derniers temps, et notamment des macarons. A l'origine, cet article devait s'appeler "en manque de chinois" pour vous faire croire que les Chinois me manquaient alors que c'était en fait une subtile référence à un dessin de Guillaume Long. Parce que moi, jusqu'ici, je pensais que le fait de tamiser avec un chinois ou une passoire fine le mélange de poudre d'amande et de sucre glace, c'était un peu un luxe, un truc qu'on fait pour que ce soit parfait et obtenir les plus beaux macarons de la création. Eh bien en fait non : la poudre d'amande, si on ne la tamise pas, ça fait vraiment des petits grumeaux horribles. Hors qui dit grumeaux horribles dit poche à douille fine bouchée, impossibilité à former des macarons (les bouts d'amande obstruent la poche à douille, si on appuie très fort, ça sort d'un coup, si on n'appuie pas beaucoup, ça ne sort pas). Et changer de douille une fois que toute la pâte est dans la poche, franchement, c'est gore.
J'ai également eu quelques légers problèmes de cuisson dûs au fait que le sélecteur de mon four ne porte aucune inscription et que j'ai donc dû faire une fournée test à chaque cran du sélecteur. J'ai fini par trouver le mode qu'il faut, mais franchement, certaines fournées n'étaient pas belles (les "cuites seulement en haut" ou "cuites seulement en bas" ou "mode grill" par exemple...) Évitez donc de faire des macarons dans le four du voisin ou dans un four inconnu (ou dans mon four, tiens) si vous voulez maitriser la cuisson. Ah, et mauvaise idée aussi, se dire qu'on va aller lancer une lessive/écrire un mail/lire une peu/passer un coup de fil/faire une micro sieste pendant que les macarons cuisent. Douze minutes, c'est court, et il vaut mieux surveiller régulièrement la cuisson pour éventuellement monter ou descendre la plaque en cours de cuisson ou baisser le thermostat. Vous l'aurez compris, j'ai une malheureuse tendance à faire plusieurs choses en même temps (et généralement tout à moitié).
Enfin, j'ai fait une grande découverte liée au fait que je n'arrive pas à trouver d'amandes en poudre à Budapest. Même chez Culinaris, le temple de la nourriture et ma résidence secondaire, il est très rare d'en trouver. J'ai vu beaucoup de sachets de noix en poudre et déjà sucrées, mais ça ne me tente pas d'essayer avec. Donc je me suis dit que pour avoir des amandes en poudre, il fallait mixer des amandes, et c'est donc ce que j'ai fait avec des amandes effilées. Malheureusement, c'est un poil plus compliqué que ça, et figurez vous que quand on mixe des amandes, ça ne fait pas des amandes en poudre mais de la pâte d'amande. Et essayez un peu de faire des macarons avec de la pâte d'amande, vous allez rigoler (ou pas). Dernier espoir qu'il me reste, essayer de mixer les amandes une fois qu'elles sont déjà mélangées au sucre glace, pour ne pas obtenir une pâte (mais vu la taille de mon mixer, cette opération va prendre un bon moment).
Avec ma pâte d'amande effritée, j'ai obtenu une pâte pleine de grumeaux et qui refusait de passer par la douille de la poche, j'ai donc utilisé une douille géante pour choux à la crème et ça a fait de gros macarons boursoufflés. J'ai quand même sauté de joie quand j'ai vu la collerette se former, ça faisait longtemps que je ne l'avais pas vue celle-là.
Comme je n'ai plus de colorant rouge, je suis désormais dans une période jaune, et j'ai donc réalisé des macarons au lemon curd en cuisinant avec une très chouette fille qui joue bien au volley ball, porte de jolies bottes et est allergique aux chats.
La recette du lemon curd, je vous le donne en mille, je l'ai trouvée chez Loukoum°°°, et c'était parfait. La chouette fille et moi l'avons fini sur du pain en l'étalant en grosses couches, et c'était un délice.

Ingrédients :
- 4 citrons
- 1 cs de maïzena.
- 150g de sucre
- 3 œufs

Prélever le zestes des citrons préalablement lavés à l'eau chaude et essuyés.
Mettre dans une casserole les zestes et le jus des citrons pressés, délayer la maïzena et ajouter le sucre.
Remuer au fouet sur feu doux.
Dans un bol, battre les œufs et les ajouter à la préparation dans la casserole sans cesser de fouetter. A partir de ce moment il ne faut pas cesser de battre la préparation. Augmenter le feu et fouetter jusqu’à ce que ça épaississe.

Ces macarons, bien que forts moches, étaient délicieux et ont fait très plaisir à une classe d'élèves de français qui a un chouette prof. Moi je dis, le français, ça passe avant tout par l'estomac.

Posté par MaRong à 19:27 - Sans l'ingrédient irremplaçable - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

    j'arrive, un peu curieuse, un peu hésitante. et je commence à lire. je continue. billet suivant. page suivante, mois suivant... ton blog est super chouette. j'ai bien ri (l'histoire des sandwichs et de la butternut lait de coco, la cavale jusqu'à l'aéroport, le spectacle de noël...)
    merci. je ne ferais pas de déclaration d'amour enflammée (je vois que certains savent très bien en faire... ahem) mais je me félicite d'être arrivée jusque là (et d'avoir les chevilles qui enflent?)... re-merci MaRong!

    Posté par mlle chéchée, 21 février 2011 à 13:48
  • Excellent ce post !
    Tu as dû t'arracher les cheveux...moi j'ai bien rigolé !
    bisous

    PS : ce n'est peut-être pas une théière mais une cafetière ? tu viens la voir quand tu veux !

    Posté par ellebasy, 21 février 2011 à 15:45
  • OMG, après Mingou et Loukoum°°°, c'est au tour des chéchés de commenter sur mon blog. Encore une consécration et pleine de compliments en plus, merci beaucoup !
    @ellebasy : j'avoue que j'ai dit beaucoup de grossièretés, heureuse que ça t'ai fait rire

    Posté par MaRong, 21 février 2011 à 16:16
  • Et d'attendre...

    Une recette de gaufrettes avec sentences, telles que: " si je te perds, je piquerais un écroulement du système nerveux", ou: " Tu es mon la mieu fille "...Succès assuré !
    Je découvre la filière de..Passeurs chinois, qui liquide les grumeaux clandestins sans pitié, et laisse passer la crème des amants de (lire phonétique !) ses dames...Voyez les s'emplire les douilles, ces Macs à ronds !!!

    Posté par tom-patrick, 22 février 2011 à 14:48
  • Suggestion

    Pour la poudre d'amande, essaye au blender et passe ensuite au chinois, ça marche assez bien (mais tu as des pertes que tu peux utiliser par exemple pour un nougat surprise ou dans un yahourt).

    Posté par simon, 26 février 2011 à 23:38

Poster un commentaire